Union Nationale des Syndromes d'Ehlers-Danlos

Soutenez la recherche

Rejoindre l'association

Adhésion
Menu


Un nouveau type de syndrome d'Ehlers-Danlos autosomique récessif a été découvert Avril 2018.

 www.cell.com/ajhg/fulltext/S0002-9297(18)30063-6


Bi-allelic Alterations in AEBP1 Lead to Defective Collagen Assembly and Connective Tissue Structure Resulting in a Variant of Ehlers-Danlos Syndrome.

Des altérations bi-alléliques du gène AEBP1 produisent des défauts d’assemblage du collagène et de la structure des tissus conjonctifs associés à une forme de syndrome d’Ehlers-Danlos 
Blackburn PR, Xu Z, et al.
The American Journal of Human Genetics, 2018, Volume 102, Issue 4, 696 – 705

Résumé


AEBP1 code pour la protéine carbopeptidase-like aortique (ACLP) qui s’associe dans la matrice extracellulaire aux fibres de collagène et possède plusieurs rôles dans le développement, la réparation tissulaire et la fibrose. ACLP est exprimée dans l’os, le système vasculaire et le derme et est impliquée dans la prolifération des cellules fibroblastiques et la différenciation des cellules souches mésenchymateuses en cellules capables de produire le collagène. Les souris invalidées pour le gène Aebp1-/- présentent un retard et des anomalies de cicatrisation, corrélés à un défaut de prolifération des fibroblastes.

Dans cette étude, nous décrivons quatre individus de trois familles non apparentées, qui présentent une combinaison unique de signes cliniques incluant laxité articulaire, peau en excès et hyper-extensible, mauvaise cicatrisation avec des cicatrices anormales, ostéoporose et autres caractéristiques évoquant le syndrome d’Ehlers-Danlos. L’analyse des biopsies de peau révèle une diminution du collagène avec des fibrilles anormales d’apparence déchiquetée. Le séquençage d’exome a révélé un variant hétérorygote composite (c.1470delC [p.Asn490_Met 495delins(40) et c.1743C>A [p.Cys581*]) chez le premier individu, un variant homozygote (c.1320_1326del[p.Arg440Serfs*3]) chez le second et un variant d’épissage homozygote  (c.1630+1G>A) chez deux individus de la même fratrie dans une troisième famille. Nous montrons qu’ACLP accroit la polymérisation du collagène et se lie à plusieurs fibrilles de collagène via son domaine « discoïdin ». Ces travaux démontrent que des variants bi-alléliques pathogènes du gène AEBP1 sont la cause de cette forme autosomale récessive de SED.   

Traduction en français pour l’UNSED : Mme Sylvie Fournel-Gigleux, PhD, DR INSERM
UMR 7365 CNRS-Université de Lorraine (IMoPA)
Equipe MolCelTEG (Molecular and Cellular Therapeutic Engineering & Glycosyltransferases)www.ehlers-danlos.com/a-new-type-of-ehlers-danlos-syndrome-discovered/

Si vous utilisez la traduction en français,veuillez informer qu'elle est réalisée par l'UNSED dans tous vos moyens de communications.



Page mise à jour le 4 novembre 2019.

 

Vous pouvez faire un Don, souscrire une adhésion :

Un reçu fiscal de référence vous sera adressé en retour.

Agissons ensemble maintenant :

Adhésion

Faire un Don :